UA-111232668-1

Apprendre les gestes qui peuvent nous sauver !

Pin it! Imprimer

Il y a des billets qu'on pense et qu'on repense, qui ne finissent pas de trotter dans notre tête, un peu moins légers, un peu moins créatifs  et pour autant on a envie, besoin de les partager... 

Au lendemain de mon marathon toulousain, je voulais évoquer mon prochain défi sportif, celui qui allait rythmer mon année 2018, je voulais partager un peu avec vous mon expérience de plusieurs années de self défense, mon cheminement dans cet univers pour moi encore inconnu il y a 5 ans mais l'actualité au même moment a frappé fort, c'est le cas de le dire : d'abord il y a eu le terrible assassinat d'Alexia, la joggeuse, puis l'affaire Weinstein, puis encore il y a quelque jours la tribune libre du Monde... Autant le dire, les esprits féminins et les médias ne sont pas très apaisés et je ne souhaite pas faire de mon blog un lieu de débat, ni même nourrir les arguments des uns, des unes, des autres, mais malgré tout j'ai décidé de partager avec vous le plus simplement du monde ce petit bout de vie...

Après ce long préambule, si vous êtes encore là, c'est que vous êtes curieuses, non ?

sb_rosie_the_riveter.jpg

1- Apprendre à me défendre, pourquoi ?

Comme de nombreuses femmes, j'ai été outragée dans la rue, draguée parfois maladroitement, parfois vulgairement, j'ai croisé de drôles de bonhommes ("drôles" ici signifiant bizarres, étranges, fous, exhibitionnistes...) et pourtant jamais je n'ai eu envie d'apprendre à me défendre, ni à 20 ans, ni à 30... Et puis je fais la connaissance de chéri qui m'interpelle un peu brutalement sur ma naïveté, mon innocence, qui s'inquiète dès lors que je pars courir dans les champs et les bois alentours à la cité qu'il habitait alors, et qui m'offre parmi ces premiers présents un taiser de poche !!! Je vous explique pas ici l'échange qui a suivi : mon chéri d'amour que j'aime à la folie, il n'est pas question que je courre avec ce truc là et lui sur un ton dominateur (qui ne me dérange pas ;-)): prends-le, on ne sait jamais, ça me rassurera ...

J'aimais mon monde "arc-en-ciel et bisounours" et mon arme à moi, c'était l'humour, tandis que lui craignait le pire à chaque instant.. Au même moment déjà le kidnapping et l’assassinat d'une joggeuse avait défrayé les chroniques, même les plus petites des blogueuses sportives, et je devais admettre très timidement qu'il n'avait peut-être pas tort, tout en gardant la raison, ma raison, mes raisons !

Et puis, il y eut dans ma vie en 2013, cette mésaventure que je contais là, sur mon ancien blog:, et ma première réaction quelques semaines plus tard...

Doucement , j'acceptais l'idée, que je pouvais être une proie, et puisque j'avais appris les gestes qui sauvent en passant les examens adéquats pourquoi n'apprendrais-je pas les gestes qui pourraient me sauver, si je devais affronter le pire ??

Pour me rassurer, rassurer chéri, j'actais l'idée d'abandonner un an la danse (que je pratiquais depuis l'âge de 5 ans !!!) pour apprendre, juste apprendre les bases, j'avais dit ! Et je n'ai pas quitté depuis le club dont j'avais poussé la porte...

 

2- Apprendre à me défendre comment?

belle_autodefense.png

En ville, vous n'aurez que l’embarras du choix pour trouver le cours qui vous correspond, et si j'ai choisi le karaté défense training, c'est d'abord un concours de circonstance, mais j'aurais pu choisir le muay thai, la boxe française, le krav maga, l'objectif recherché étant finalement très similaire ...

3-Avoir un bon physique, et un bon mental

J'avais une bonne endurance et une bonne souplesse et c'est ce qui m'a sauvée au début ou plutôt m'a permis de tenir bon. Je vais être honnête: c'est dur, vraiment dur et ça fait mal, vraiment mal !

Etre capable de se défendre suppose d'accepter être au départ victime (de harcèlement, d'attouchement, d'insultes, d'agressions physiques..). Il faut donc accepter de prendre le premier coup, celui qui est censé vous abattre, de l'absorber, de le digérer (trèèès vite) et d'entrer dans le combat... Alors oui , il m'a fallu accepter les coups légers de mes adversaires d’entraînements (les traces de doigts autour du cou, les rougeurs aux poignets, les hématomes sur les tibias...) et même avec davantage d'expérience la semaine dernière encore quelques belles droites parce que j'avais laissé tombé ma garde !

Etre capable de se défendre suppose d'accepter le corps à corps physique et brutal avec un homme ! Nombreux sont les cours de défense dédiées aux femmes, c'est chouette qu'il s existent mais soyons clairs: la probabilité d'avoir une femme comme adversaire dans la rue est moins grande que celle d'avoir à faire face aux 80 kilos d'un monsieur qui se croit tout permis... Pour moi, ce fut l'étape la plus difficile  à franchir : une clé, une immobilisation, un combat, suppose d'oser frapper (je vous le rappelle, je viens du monde des bisounours !) mais aussi et surtout d'oser entrer en contact...

208015_465228190174676_1837307061_n.jpg

La première année fut difficile, la seconde encore aussi et la 3ème, j'ai senti que je parvenais à acquérir quelques réflexes, que je me sentais plus à l'aise, que je parvenais à livrer quelques conseils aux débutants, que j’enchaînais avec plus de précisions mes coups, que je gagnais en agilité dans mes techniques, la 4 ème j'obtenais mon grade de ceinture marron et mon coach m'annonçait vouloir me préparer dans la foulée à la noire... Voilà, voilà ce défi qui s'annonce dans quelques mois, et que j'espère relever sans trop de coups:-)...

 

Et après cette longue parenthèse sportive et mentale je vous promets de revenir avec des articles plus légers et créatifs très vite , hein !

 

Écrire un commentaire

Optionnel

Bidouilleuse de jour et de nuit, bidouilleuse insatiable et... bavarde !